En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Prix lycéen du livre de S.E.S 2016

Grand patron, fils d'ouvrier de Jules Naudet par Emma Lefèvre

Par Emma LEFEVRE, publié le samedi 28 mai 2016 19:25 - Mis à jour le dimanche 29 mai 2016 18:11

Grand patron, fils d’ouvrier est un ouvrage publié en 2014 par le sociologue Jules Naudet aux éditions Seuil, dans la collection Raconter la vie. Ce livre nous narre l’ascension de « Franck » qui n’est d’autre que le patron de Shell France, issu d’un milieu ouvrier, qui est parvenu à diriger la filiale française d’un des principaux groupes pétroliers internationaux.

Au cours de la lecture, on découvre l’enfance conflictuelle de Franck à Givors, coincé entre deux parents qui se disputaient constamment, la profonde souffrance qui en découla et les efforts qu’il a dû faire pour pouvoir mener ses études. Grâce à un concours de circonstances heureuses qui l’amène à croire en un « ange-gardien », grâce aussi à son talent, il gravit alors les échelons en passant de simple ingénieur à tête de l’entreprise en une vingtaine d’années.

Le sociologue s’intéresse au comportement de Franck, partagé entre ses origines populaires (qu’il est loin d’avoir renié) et son nouveau milieu très fermé. Au contraire de ce que l’on pourrait penser, ses origines associées à un grand charisme lui permettent une proximité avec ses employés qui l’estiment profondément. Il n’en demeure pas moins un patron d’une extrême dureté : en 2008, il n’hésitera pas à licencier un tiers des effectifs du groupe malgré 31 milliards de dollars de bénéfices.

J’ai beaucoup aimé ce livre qui prend la forme d’un témoignage : il partage un point de vue externe et interne sur le cas de Franck. Même si l’ouvrage peut paraître peu attractif, il est néanmoins intéressant et très facile à lire. Les chapitres s’enchaînent de façon logique ce qui permet de se mettre aisément dans la peau du protagoniste. Excepté les choix pris par le patron qui restent subjectifs pour chacun quant à leur justesse, on ne peut qu’admirer et envier la montée sociale qu’il a connu.