En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Prix lycéen du livre de S.E.S 2016

Le Quai de Ouistreham de Florence Aubenas par Emma Lefèvre

Par Emma LEFEVRE, publié le samedi 28 mai 2016 19:23 - Mis à jour le dimanche 29 mai 2016 18:14

Le Quai de Ouistreham est un livre écrit par Florence Aubenas en 2010 aux éditions de l’Olivier. L’auteure est connue pour ses participations dans Libération et l’OBS : elle a aussi été très médiatisée lors de son enlèvement en Irak en 2005.

Ce livre autobiographique nous fait part du travail d’enquête que Florence a réalisé à Caen. En effet, la journaliste se posait certaines questions : qu’est-ce que la crise ? quelles en sont les conséquences sur les plus défavorisés ? Pour obtenir des réponses, elle s’est alors immergée pendant six mois dans la peau d’une femme sans expérience professionnelle, sans formation : le but est d’obtenir un CDI. Elle se retrouve alors à enchaîner les petits boulots en tant que femme de ménage, faisant des aller-retours interminables entre le ferry du port et le camping du coin dans sa voiture bonne à la casse.

Le récit nous donne une vision sans grandeur de la précarité et des femmes qui sont majoritaires dans cette situation. Florence dresse des portraits de ses collègues de travail émouvants par les misères qu’ils subissent au quotidien : le nombre de personnes qu’elle côtoie dans cette même situation en est d’autant plus marquant et touchant.

Si le livre réussi à ouvrir les yeux sur les conditions des plus démunis dont le nombre ne fait que croître, l’expérience de la journaliste peut provoquer des soupçons quant à sa validité. A-t-elle réellement réussi à dissimuler son métier de journaliste ? De plus, on peut se demander si elle a réussi à garder un regard objectif sur la situation, étant confrontée à un milieu qui n’est pas le sien. Dans l’ensemble, l’ouvrage reste agréable à lire et très bien écrit, mais il peut lasser ceux qui ne seraient pas intéressés par le sujet.