En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Prix lycéen du livre de S.E.S 2016

Le Quai de Ouistreham : Le récit d’une immersion dans le monde de la précarité en France.

Par Emma LE COQ, publié le mardi 31 mai 2016 12:25 - Mis à jour le mercredi 1 juin 2016 09:25

Le résumé de l’œuvre :

"La crise. On ne parlait que de ça, mais sans savoir réellement qu'en dire, ni comment en prendre la mesure. Tout donnait l'impression d'un monde en train de s'écrouler. Et pourtant, autour de nous, les choses semblaient toujours à leur place."

Florence Aubenas, grand reporter et journaliste d’investigation au Nouvel Observateur, avoue d’emblée être totalement dépassée par le phénomène de crise, elle décide alors pendant six mois, de quitter Paris et son métier pour s’immerger dans l’environnement des milieux  populaires les plus défavorisées et de vivre dans  la peau d’un travailleur précaire. Elle part ainsi pour Caen en Basse-Normandie, ville où elle ne connaît personne, et s’installe dans une petite chambre meublée d’étudiant. Dès son arrivée, elle se met à la recherche d’un emploi en expliquant n’avoir pour unique bagage scolaire, son baccalauréat littéraire. Cumulant les désavantages : aucun diplôme, aucune expérience professionnelle, pas de situation familiale, pas de voiture…Florence Aubenas ne se laisse aucune chance de faciliter son insertion professionnelle. Dans ces conditions extrêmes et déplorables, elle devra donc faire face aux dures réalités d’un monde professionnel qui ne laisse de répit à personne. Elle se confronte même à des difficultés auxquelles elle n’aurait jamais penser devoir faire face et qu’elle n’imaginait pas devoir évoquer dans son témoignage, comme lorsqu’il s’agit de trouver un logement convenable  et décent. Mais dans ce domaine comme dans bon nombre, les bonnes places, pratiques et stables sont déjà prises, et celui ou celle ne disposant d’aucun moyen de locomotion doit malheureusement se résigner à prendre les transports en commun se traduisant par des trajets quotidiens épuisants et ne lui laissant aucun  répit. L’expérience s’arrêtera le jour où Florence Aubenas réussira  enfin à trouver un véritable emploi en décrochant le fameux et pas moins convoité sésame, le CDI.

Notre opinion sur le livre :

Un beau témoignage,touchant et humaniste de la « France d'en bas », qui souffre de la crise et de la précarité,nous offrant ainsi la possibilité d’ouvrir les yeux sur les difficultés dures à avaler d’un classe parfois négligée. Une chronique émouvante nous offrant en effet un aperçu de la dure réalité de la misère sociale dont est victime une grande partie des Français. Nous percevons  ainsi une volonté de faire entendre les voix de ceux que l'on n'entend jamais ;initiative bien courageuse et difficile mais qu’Aubenas à su relever, les « moi je » disparaissent peu à peu, au fur et à mesure de la lecture et laissent place aux témoignages des expériences de ses nouveaux «  compagnons ».

 

Citation favorite : Première surprise de Florence Aubenas :

« Ma naïveté m’apparaît brusquement. Avec davantage de résolution que d’expérience, je suis venue à Caen chercher un emploi, persuadée que je finirais par en trouver un puisque j’étais prête à tout. J’imaginais bien que les conditions de travail pourraient se révéler pénibles, mais l’idée qu’on ne me proposerait rien était la seule hypothèse que je n’avais pas envisagée. »

Cette citation  montre déjà à elle seule toute la distance qui séparait la journaliste des réalités du monde professionnel. 

-Mansouri Maroua & Le coq Emma  1ère ESL-